intro.jpg
embarcation.png

ACTIVITÉS NAUTIQUES

AVEC EMBARCATION

kayak-icone.png
inspectez.png

INSPECTER ET RETIRER

Inspecter tout ce qui a touché à l'eau et retirer tous les organismes qui y sont accrochés.

vider.png

VIDER

Vider l'eau qui pourrait se trouver à bord avant de partir (le moteur, les caissons, les glacières, les rames, etc.)

nettoyer.png

LAVER

Nettoyer et sécher l'embarcation et tous les équipements.

repeter.png

RÉPETER

Répéter l'opération après chaque visite d'un nouveau plan d'eau.

embarcation-sans-moteur.png

Pour plus de détails sur les techniques à utiliser,  consultez le Guide des bonnes pratiques en milieu aquatique dans le but  de prévenir l’introduction et la propagation d’espèces aquatiques envahissantes sur notre site Web : www.mffp.gouv.qc.ca

 

ACTIVITÉS DE PÊCHE SPORTIVE

AVEC EMBARCATION

peche-embarcation_edited.png
inspectez.png

INSPECTER ET RETIRER

Inspecter tout ce qui a touché à l'eau et retirer tous les organismes qui y sont accrochés.

vider.png

VIDER

Vider l'eau qui pourrait se trouver à bord avant de partir (le moteur, les caissons, les glacières, les rames, etc.)

nettoyer.png

LAVER

Nettoyer et sécher l'embarcation et tous les équipements.

repeter.png

RÉPETER

Répéter l'opération après chaque visite d'un nouveau plan d'eau.

embarcation-pêche.png

Coque

Zone d'attache

de la remorque

Remorque

Essieux

Hélice

Moteur et pompe

Canne à pêche

Ligne à pêche

Puise

Gants

Moulinet

Filet

Cuissarde

 

ACTIVITÉS DE PÊCHE SPORTIVE

SANS EMBARCATION

p%C3%AAche_edited.png
inspectez.png

INSPECTER ET RETIRER

Inspecter l’équipement et retirer tous amas et résidus de plantes aquatiques, toutes boues ou tous organismes visibles à l’œil nu; 


Veillez également à inspecter les bottes, les cuissardes, les filets et les puises, les cannes et les fils de pêche ainsi que tout autre équipement ayant été en contact avec l’eau avant de quitter le plan d’eau visité;

vider.png

VIDER

Vider et drainer toute eau qui peut se trouver dans l’équipement, tels les contenants, les glacières, les bottes, etc.;

nettoyer.png

LAVER

Nettoyer l’équipement à l’aide d’une laveuse à pression dont la pression est réglée à 2600 psi. De l’eau froide ou de l’eau chaude peut être utilisée pour le nettoyage. Le nettoyage à pression à l’eau froide délogera les organismes, mais ne les tuera pas. Au contraire, le nettoyage à pression à l’aide d’eau chaude permettra de déloger les organismes et de les tuer. La température doit toutefois se situer entre 50 °C et 60 °C. Le nettoyage de l’équipement devra se faire à au moins 30 mètres de tout plan d’eau et de tout système d’égouts pluviaux dans le but d’empêcher que des organismes toujours en vie n’atteignent ces derniers;

repeter.png

RÉPETER

Répéter ces étapes chaque fois que vous prévoyez visiter un plan d’eau différent.

Ne jamais remettre à l’eau des poissons et autres organismes ne provenant pas du plan d’eau sur lequel vous vous situez, y compris les appâts autorisés (vers, sangsues, etc.).

 
chasse.png

CHASSE À LA SAUVAGINE

AVEC OU SANS EMBARCATION

chasse_edited.png
inspectez.png

INSPECTER ET RETIRER

 Inspecter l’embarcation, la remorque et l’équipement et retirer tous amas de plantes aquatiques, toutes boues ou tous organismes visibles à l’œil nu; 

Veillez également à inspecter les fusils, les bottes, les cuissardes, les appelants, les sacs et tout autre équipement avant de quitter l’accès à l’eau;

Si vous êtes accompagnés d’un chien de chasse, inspectez sa fourrure, son harnais ou sa ceinture de sauvetage et retirez toutes traces de boues, de résidus et de végétation;

Si vous utilisez une embarcation, vous devez aussi procéder à l’inspection et le nettoyage de celle-ci;

Si vous utilisez une cache amovible, retirez toutes traces de boues, de résidus et de végétation lors de son démantèlement;

Il est important de se débarrasser des organismes, des amas de plantes ou des boues retirés lors de l’inspection dans un endroit sécuritaire telles des poubelles fermées, où ceux-ci ne risqueront pas d’être emportés par le vent et d’atteindre un plan d’eau; 

vider.png

VIDER

 Vider et drainer toute eau qui peut se trouver dans les différentes parties et composantes de votre embarcation et de votre équipement (p. ex. : le moteur, les caissons, les glacières, etc.); 

nettoyer.png

LAVER

Si possible, nettoyer l’équipement à l’aide d’une laveuse à pression dont la pression est réglée à 2600 psi. De l’eau froide ou de l’eau chaude peut être utilisée pour le nettoyage. Le nettoyage à pression à l’eau froide délogera les organismes, mais ne les tuera pas. Au contraire, le nettoyage à pression à l’aide d’eau chaude permettra à la fois de déloger les organismes et de les tuer. La température doit toutefois se situer entre 50 °C et 60 °C. Le nettoyage de l’équipement devra se faire à au moins 30 mètres de tout plan d’eau et de tout système d’égouts pluviaux dans le but d’empêcher que des organismes toujours en vie n’atteignent ces derniers; 

Le séchage de l’embarcation et de l’équipement est la dernière étape de nettoyage et permet un processus complet de décontamination. Laissez sécher l’embarcation et l’équipement à l’air libre pendant une période de 5 jours consécutifs, à un taux d’humidité ne dépassant pas 65 %.

repeter.png

RÉPETER

Répéter ces étapes chaque fois que vous prévoyez visiter un plan d’eau différent

pêche-sans-embarcation.png

Cuissarde

Bottes

Appelant

 
 

GUIDE DES BONNES PRATIQUES

C'est quoi des espèces aquatiques envahissantes (EEE) ?


Une EEE est un végétal, un animal ou un micro-organisme (virus ou bactérie) introduit hors de son aire de répartition naturelle, et dont l’établissement ou la propagation constitue une menace pour l’environnement, l’économie ou la société.

Les EEE fauniques comprennent des espèces terrestres, comme la coccinelle asiatique, l’agrile du frêne ou l’étourneau sansonnet, et des espèces aquatiques comme la moule zébrée et le gobie à tache noire par exemple. Les EEE fauniques incluent également les organismes pathogènes qui s’attaquent à la faune tel que le virus de la rage du raton laveur. Toutes ces espèces sont des EEE présentes au Québec.

L’introduction d’espèces exotiques au Québec a été grandement favorisée par la mondialisation et la multiplication des échanges commerciaux avec l’étranger. En effet, bien qu’une espèce puisse être introduite hors de son aire de répartition à la suite de phénomènes naturels tels que des inondations ou des déplacements inhabituels d’animaux, la plupart des introductions sont liées aux activités humaines. Elles peuvent être volontaires, par exemple lorsque des agents de biocontrôle ou des espèces domestiquées, chassées ou pêchées sont relâchées avec ou sans autorisation. Les introductions peuvent aussi être accidentelles, comme dans le cas d’espèces échappées d’élevages, d’espèces utilisant les réseaux de transport ou de celles transportées sur des produits comme le bois de chauffage. Impacts des EEE

Écologiques

- Dégradation des écosystèmes;

- Modification de la structure et de la composition des communautés (prédation ou compétition avec les espèces indigènes);

- Perte des fonctions des écosystèmes bénéfiques aux humains (services écologiques).

Économiques

- Coûts associés aux dommages et au contrôle des EEE

- Dans le monde : 5 % du PIB;

- Au Canada : 7,5 milliards de dollars;

- Dans la région des Grands Lacs : 200 millions de dollars américains par année, uniquement pour les EEE aquatiques.

Sociaux

- Compromet les emplois liés à l’exploitation d’espèces indigènes;

- Menace à la santé des humains ou aux espèces animales sauvages ou domestiques.




Pourquoi sont-elles si indésirables ?


Dès qu’une EEE est établie dans un écosystème favorable (ou dans une population qui sert de vecteur), il devient pratiquement impossible de la déloger et il très coûteux de la contrôler. C’est pour cette raison que la prévention, la détection précoce et les interventions rapides sont des mesures clés dans la lutte aux EEE.

Il est donc important de se doter d’un plan stratégique permettant de développer des outils pour prévenir ou détecter rapidement les nouvelles introductions, et lutter efficacement contre les espèces exotiques.

La prévention liée à l’introduction et à la propagation de certaines espèces animales exotiques envahissantes est sous la responsabilité du Ministère. Celui-ci renseigne la population sur les caractéristiques et les impacts de ces espèces et recommande l’adoption de méthodes simples et efficaces pour limiter leur introduction et leur propagation.

Par ailleurs, le MFFP recommande de respecter la réglementation sur les poissons appâts concernant le transport des poissons et l’utilisation de poissons appâts, car ces pratiques sont une voie d’entrée potentielle d’espèces exotiques envahissantes dans nos eaux.




Pourquoi le nettoyage des embarcations est-il recommandé ?


Le principe de précaution a pour but de mettre en place des mesures pour prévenir les risques de contamination d’un plan d’eau par les Espèces Aquatiques Envahissantes (EAE).

Ainsi, en prenant l’habitude d’inspecter et de nettoyer son embarcation, sa remorque et son équipement, le risque de contaminer un nouveau plan d’eau en sera diminué.

Si l’embarcation et l’équipement ne sont utilisés que dans un seul plan d’eau, le risque d’introduction et de propagation d’EAE est faible, voire nul. Par contre, si l’embarcation ou le matériel sont utilisés dans différents plans d’eau, le risque de transporter des EAE lors du déplacement est beaucoup plus important.

Les embarcations et les équipements ne comportent pas tous le même risque de propagation. Par exemple, une embarcation à moteur présente beaucoup plus de risques de transporter des EAE qu’une planche à voile, puisque la présence de réservoirs et de pièces difficiles d’accès augmente le nombre d’endroits où des fragments ou des organismes peuvent se loger. Certaines EAE peuvent être transportées dans l’eau contenue dans les viviers ou le moteur, ou encore se fixer sur la coque, le cordage utilisé pour attacher l’ancre, etc.

Les raisons pour lesquelles les EAE ont un succès important d’établissement et sont difficiles à éliminer une fois établies dans un nouvel écosystème découlent en partie de leur grande capacité d’adaptation et de leur résistance à des conditions environnementales défavorables et variables.

Heureusement, il existe des gestes simples et efficaces qui peuvent diminuer les risques d’introduction et de propagation d’EAE dans les plans d’eau.

https://mffp.gouv.qc.ca/wp-content/uploads/GUIDE_nettoyage_embarcations_MFFP.pdf

La première section du guide présente sommairement les EAE et l’importance de la prévention de leur propagation.

Les sections suivantes traitent de l’inspection et du nettoyage des embarcations, des remorques et du matériel utilisé en milieu aquatique ainsi que des recommandations sur la construction d’une station fixe de nettoyage.

Les fiches synthèses portent sur l’inspection et le nettoyage spécifiques à plusieurs activités en milieu aquatique :

  • Activité de pêche sportive sans embarcation;
  • Activité de pêche sportive avec embarcation;
  • Activités nautiques avec embarcation;
  • Plongée sous-marine et en apnée;
  • Chasse à la sauvagine avec ou sans embarcation;
  • Utilisation d’un hydravion.




Quels sont les méthodes de nettoyage ?


Pour éviter de propager des espèces exotiques envahissantes entre différents plans d’eau, il importe de respecter les mesures de précaution qui s’imposent :

Inspectez votre embarcation, la remorque ainsi que l’équipement et retirez entièrement tous amas et résidus de plantes aquatiques, toutes boues ou tous organismes visibles à l’œil nu. Il importe de les jeter dans un endroit, telles des poubelles, qui préviendra leur réintroduction dans le milieu naturel ;

Videz toute eau pouvant se trouver dans votre embarcation ou sur votre équipement, tels que dans les viviers, le moteur, la cale et les glacières avant de quitter le plan d’eau;

Nettoyez et séchez votre embarcation, la remorque ainsi que tout équipement ayant été en contact avec l’eau.

Répétez toutes ces étapes lorsque vous prévoyez visiter un nouveau plan d’eau.

Information supplémentaire

Si vous faites le nettoyage de votre embarcation avant d’accéder au plan d’eau, il est recommandé de le faire à plus de 30 mètres de tout cours d’eau incluant les ruisseaux, les fossés, ainsi que les bouches d’égout. Cela préviendra la percolation de l’eau souillée vers le plan d’eau.

Il est préférable d’effectuer le nettoyage sur un sol absorbant et de pente nulle d’où l’eau pourra par la suite s’évaporer.

Ne remettez pas à l’eau des poissons, ou tout autre organisme aquatique qui proviennent d’un autre plan d’eau, qu’ils soient vivants ou morts. Mettez-les plutôt au rebut ou au sol, loin de l’eau. Videz l’eau du seau à appât au sol et nettoyez votre seau. Ne puisez pas de l’eau d’un lac ou d’une rivière avec votre seau à poissons appâts s’il contient encore de l’eau provenant d’un autre plan d’eau.

Vous pouvez consulter la capsule Web sur les étapes de nettoyage des embarcations : Espèces exotiques envahissantes : 5 étapes pour protéger son lac.

Respectez la réglementation sur la pêche et celle sur les poissons appâts concernant le transport des poissons et l’utilisation de poissons appâts, car ces pratiques sont une voie d’entrée potentielle d’espèces exotiques envahissantes dans nos eaux.

Apprenez à identifier les différentes espèces exotiques envahissantes.

Pour toute demande d’information supplémentaire, communiquez avec le Ministère au 1 877 346-6763 ou consultez le Guide des bonnes pratiques en milieu aquatique dans le but de prévenir l’introduction et la propagation d’espèces aquatiques envahissantes

Soyez vigilant, car la prévention est le meilleur moyen d’empêcher la propagation des espèces exotiques envahissantes dans nos plans d’eau !




Quels sont les espèces envahissantes au Québec


Espèces exotiques préoccupantes (ou potentiellement préoccupantes) et présentes au Québec

Crustacés

Cladocère épineux

Crabe vert

Crabe chinois à mitaine

Crevette rouge sang

Écrevisse à taches rouges

Petite crevette d’eau douce

Puce d’eau en hameçon

Mollusques

Escargot des bois

Limace noire

Moule quagga

Moule zébrée

Petite corbeille d’Asie

Vivipare chinoise

Insecte

Agrile du frêne

Coccinelle asiatique

Scarabée japonais

Poissons

Carassin

Crapet vert

Gardon rouge ou rotengle

Gobie à taches noires

Tanche

Truite arc-en-ciel

Reptiles

Tortue à oreille rouge

Oiseaux

Cygne tuberculé

Faisan de Colchide

Mammifère

Chat domestique

Végétaux

Myriophylle à épi

Maladies

Chancre du noyer cendré

Maladie du rond

Rage du raton laveur

Syndrome du museau blanc

Espèces exotiques préoccupantes (ou potentiellement préoccupantes) aux portes du Québec

Crustacés

Écrevisse de Louisiane

Écrevisse marbrée

Mollusques

Nasse de Nouvelle-Zélande

Insectes

Longicorne étoilé

Poissons

Carpes asiatiques

Tête de serpent

Oiseaux

Conure veuve

Mammifère

Sanglier

Maladies

Maladie débilitante chronique des cervidés

Septicémie hémorragique virale

Encre du chêne rouge